vendredi 1 août 2014

Reprise du post de Geneviève Blouin : Avez-vous 5 minutes pour sauver une vie ?


Je poste rarement sur mon blogue. Mais là, il est question de la vie de quelqu'un qui m'est proche : Joël Champetier, qui est à la fois mon rédacteur en chef et mon ami, et qui est malade : leucémie aigüe. Il a besoin d'un donneur de cellules-souches. Je me proposais donc de faire un appel ici. Et j'ai lu celui fait par Geneviève Blouin sur son blogue: il est parfait. Il ne peut pas être plus clair, et exprime tout ce que je pense. Alors j'espère que Gen ne m'en voudra pas trop, car je copie-colle son post en intégralité ici. Merci de le lire, et merci de faire suivre. Et merci aussi si vous décidez de vous inscrire comme donneur de cellules-souches à Héma-Québec.



Avez-vous 5 minutes pour sauver une vie?


L'histoire de Joël Champetier, pour ceux qui le ne connaissent pas, est peut-être moins attendrissante que celle de Mai Duong, la jeune mère de famille vietnamienne dont on a tant parlé.

Joël, la cinquantaine, n'a pas d'enfant, c'est un écrivain et un scénariste qu'on ne connaît pas autant qu'il le mériterait, ainsi que l'actuel (et parfois redouté) directeur littéraire de Solaris.

Mais c'est un mari dévoué et aimant, ainsi que le grand frère spirituel ou l'oncle inspirant de toute une génération de jeunes écrivains, parmi lesquels je suis fière de pouvoir me compter.

Sa quête est la même que celle de la jeune vietnamienne : atteint de leucémie, il cherche présentement un donneur de cellules souches génétiquement compatible.

Jusqu'à maintenant, les recherches dans sa famille et dans les banques de donneurs ont échoué.

Alors si vous lisez ceci, que vous avez entre 18 et 35 ans et que vous êtes en bonne santé, suivez donc
 ce lien et inscrivez-vous au registre des donneurs de cellules souches d'Héma-Québec.

S'inscrire comme donneur potentiel n'engage à presque rien : on vous enverra des Q-Tips que vous devrez vous passer à l'intérieur des joues et retourner à Héma-Québec. Les chances qu'on vous appelle au cours de votre vie, pour Joël ou un autre, sont minimes, car il est difficile de trouver deux personnes compatibles. Et, dans la majorité des cas, si jamais on vous appelle ce ne sera pas pour un don de moelle osseuse (une procédure invasive), mais bien pour un don de cellules souches, ce qui s'apparente à un simple don de sang.

L'inscription au registre prend un gros 5 minutes. Je le sais : je viens de le faire.

Alors, dites-moi, avez-vous 5 minutes pour sauver une vie?



2 commentaires:

  1. Tu as ma bénédiction, Pascale. Je ne peux pas faire grand chose d'autre qu'écrire, attendre et espérer, alors autant que les mots servent.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Gen :) Tu as bien raison : nous ne pouvons hélas qu'écrire et attendre... C'est ici que l'expression "le pouvoir des mots" prend tout son sens.

    RépondreSupprimer